Chapitre 92 (exclusif)

Megumi aurait préféré prendre une douche et sombrer dans son lit pour réfléchir un peu à tout ce qui s’était passé durant le week-end, mais ce petit banquet d’anniversaire surprise n’était pas mal non plus.

L’ambiance était à la fête.

Ils s’empiffraient tous joyeusement autour de la table.

Un brin alcoolisés, Kyosuke, Kenji et Ryouta dansaient en chantant sur les sons que choisissait Daisuke, et Megumi réalisait, hilare, qu’ils s’étaient adaptés à son époque bien plus vite qu’elle ne l’avait cru.

Kyosuke et Kenji étaient même capable de reproduire la chorégraphie de la dernière chanson à la mode.


« Bon, leur façon de danser est un peu bizarre, forcément, mais c’est archi hilarant de les regarder »


«  J’aurai adoré voir Eisuke danser, mais il ne faut pas trop lui en demander, c’est déjà un miracle qu’il soit là à supporter tout ce bazar » s’amusa-t-elle en le voyant tiquer, mal à l’aise, en portant son verre à ses lèvres.


Elle pouffa discrètement de rire en reportant son attention sur Kyosuke, Kenji et Ryouta qui continuaient de danser comme des enfants.

C'était un vrai bonheur de les voir ainsi, surtout après les semaines difficiles qu’elle venait de passer…

Ce bol de bonne humeur lui faisait le plus grand bien.

Elle avait envie de mettre de côté tous ses problèmes, de les laisser en « stand by » et de profiter du moment présent.

Elle avait besoin de réfléchir sur pas mal de choses, et comme toujours, elle avait un peu de mal à lâcher prise mais ses soucis n’allaient pas s’envoler.


«  Demain, ils seront encore là, à me parasiter alors autant profiter de cette soirée. »


« C’est mon anniversaire, après tout ! »


Megumi tapait dans ses mains en chantant avec eux, tout en dévorant le contenu du bol de bonbons qu’elle avait sous le nez.

Il y avait de tout, mais visiblement, elle entrait dans une phase où la viande et les aliments huileux l’écœuraient, alors elle évita soigneusement de regarder vers les plats de grillades et les chips pour se focaliser sur le sucre.


-         Megumi chan !! Viens danser, allez ! Hic ! S’exclama Kyosuke tandis que Daisuke lançait « celebration » du groupe kool & the gang.

-         Hein ?! S’étonna-t-elle, hilare en les voyant tous commencer à danser avec enthousiasme, Mais comment vous connaissez cette chanson ?! Ha ha !!


C’était si surprenant qu’elle en pleurait de rire. Cette chanson datait tout de même des années 80 !


-         Ha ha, allez viens, ma vie ! S’exclama Sora en se levant d’un bond, tout en la tirant par la main.


Megumi se laissa entraînée en riant, puis, elle se plia en deux de rire lorsque Kenji s’amusa joyeusement à éteindre et allumer la lumière à toute vitesse. Probablement pour donner l’illusion d’une boite de nuit.


-         Mais par l’Unique ! Arrête ça ! S’agaça Daisuke, visiblement incommodé, Qu’es-tu donc en train de fabriquer ?

-         Mais ça se passe comme ça dans les boîtes de soirée, je l’ai vu à la télé ! Protesta-t-il en la laissant éteinte.

-         On dit boîte de nuit, s’agaça Sora, imbécile de nab…(Bruit de choc contre un meuble) AAAAAÏE ! PUTAIN, MAIS RALLUME CETTE LUMIÈRE DE MERDE !!


Megumi se mit à rire de plus bel en s’appuyant contre une chaise pour ne pas perdre l’équilibre, et Kenji s’empressa de la rallumer en pestant avec impatience, tandis que Kyosuke continuait de danser joyeusement.

Ou plutôt de sauter sur place.

Kyosuke avait bien des talents, mais même sobre, il avait toujours eu une manière bien étrange de danser. Il passait d’un pied à l’autre en levant les poings vers le plafond, tout en se déhanchant.

Plus que jamais, il ressemblait à un croisement entre un gorille et un chimpanzé.

Elle se détourna en pouffant de rire, croisant le regard d’Eisuke au passage, qui restait sagement dans son coin.

Elle lui fit un petit sourire en lui faisant signe de les rejoindre et il secoua la tête, le regard adouci, en reportant son verre à ses lèvres.


«  Ha ha, je m’en doutais. Dommage. »


Kyosuke attrapa soudain Megumi par la main pour la tirer vers le milieu du salon, qui était devenu leur piste de danse provisoire.

Elle se laissa entraînée en riant, tout en songeant, soulagée, qu’elle avait de la chance d’avoir des murs bien isolés.

Kyosuke à lui tout seul aurait pu faire trembler l’immeuble.


« Mais de toute façon, même si ça n’avait pas été le cas, j’aurais mis un terme à cette fête pour rien au monde. » Se dit-elle.


Megumi s’amusait comme une petite folle.

Elle n'arrivait toujours pas à croire qu'elle était vraiment en train de fêter son anniversaire. Tout était tellement improbable.

Aussi bien le fait d’avoir une fête en son honneur, que celui de danser avec ses amis d’Aldagarya sur des sons des années 80.


Décidément, depuis qu’elle était de retour, elle avait de plus en plus l’impression d’avoir plongé en plein dans un monde parallèle, tant absolument rien n’avait de sens.


« En réalité, c’est depuis ma rencontre avec la sorcière que ma vie est sens dessus dessous » se dit-elle.


Tout son quotidien avait été brutalement chamboulé ce soir là.

Elle avait vécu énormément de moments difficiles depuis, mais elle n’avait aucun regret.


« Si elle ne m’avait pas offert cette bille, je ne les aurais jamais rencontré. Et je n’aurais pas été là, à fêter mon anniversaire avec eux »


Emue par cette pensée, elle s’efforça de rire pour éviter de pleurer devant eux.


«  Et dire qu’à mon dernier anniversaire, j’étais seule chez moi avec une petite part de gâteau de la supérette d’en face. » se dit-elle.


Elle se souvenait encore de ces émissions humoristiques qu’elle s’efforçait de regarder pour ignorer sa tristesse et sa solitude. Cela lui paraissait si loin à présent.


« Bien sûr, je me consolais avec le cadeau annuel de ma mère, mais j’aurais mille fois préféré sa présence. En particulier ce jour là... »


-         Ah ! Réalisa-t-elle soudain, tandis que Sora lui prenait la main pour la faire tourner sur elle-même. Vous n’avez pas reçu un colis aujourd’hui par hasard ?


Elle avait presque oublié que sa mère avait pour habitude de lui faire livrer son cadeau le jour même.


-         Ah, ouais, grave, j’ai oublié de te le dire, réalisa Sora. T’inquiète, Daisuke l’a posé sur ton bureau. Il est arrivé ce matin.

-         Ah, ok, merci, soupira-t-elle, soulagée avant de reprendre sa danse comme si de rien n’était.


Elle était curieuse d’en découvrir son contenu mais cela pouvait attendre la fin de la soirée.


-         Megumi chan ! Regarde ça ! HIC ! Regarde moi !! S’exclama soudain Kyosuke en tentant de faire le poirier au beau milieu du passage instrumental.


Il était si bourré qu’il peinait à exécuter sa figure, et Megumi grimaça d’appréhension en réalisant que Kenji était bien trop saoul pour réceptionner ses jambes correctement.

Ryouta préféra s’en mêler par précaution, mais au final, ils s’écroulèrent tous les deux sur le sol avec fracas, aplatis par les jambes massives du géant.

Et le cri aigu que poussa Kenji était si hilarant que Megumi et Sora explosèrent aussitôt de rire en s’appuyant l’une contre l’autre pour ne pas s’écrouler.


-         Bordel de merde, mais casse-toi !! Bouge, j’étouffe ! Rugit Kenji en tentant en vain de s’extirper de là.

-         Ha ha, faite attention à la télé ! Fit Daisuke en se levant par précaution pour éviter une catastrophe.


Megumi se sentit aussitôt reconnaissante. Elle n'aurait jamais eu le courage d'affronter sa mère si la télévision encore flambant neuve avait connu le même destin que la précédente.


« D’autant plus qu’elle a dut lui coûter très cher, celle-là »


Et lorsque la chanson se termina enfin, ils frappèrent tous joyeusement dans leur mains tandis que Kyosuke tentait tant bien que mal de se redresser malgré son état. Il avait vraiment bu un coup de trop.

Ou alors il tenait beaucoup moins l'alcool que les autres.

Megumi se laissa tomber sur son siège en s’éventant avec une serviette, encore à moitié hilare, pendant que Daisuke sortait soudain un grand cadeau de la chambre d’amis en se dirigeant vers elle avec un grand sourire.

C’était un très joli paquet bleu nuit, qui faisait trois fois la taille d’une boite à chaussures.


-         Tiens, tête brûlée, c’est de la part de tout le monde. Joyeux anniversaire.

-         Hein ? Sérieux ? S’étonna-t-elle tandis qu’il lui donnait le cadeau d’une main tout en la décoiffant de l’autre, Mais enfin, il ne fallait pas ! Vous avez du déjà tellement vous ruiner avec les décorations !

-         Ha ha, ne t’inquiète pas. Ce n’est pas grand-chose, fit Sora, c'est juste un petit cadeau pour marquer le coup. Vas-y, ouvre-le !


Sans se faire prier, la jeune femme s'empressa de le poser sur ses genoux pour pouvoir le déballer.


Encore une grande première.


C'était la première fois de sa vie que des amis se cotisaient pour lui offrir un cadeau d'anniversaire.

Elle serra la gorge pour essayer de contenir son émotion, et elle se mit à rire de plus bel, entre amusement et émotion, en découvrant un grand coffret très coloré pour le bain. Il y avait de tout. Des boules lash de toutes les couleurs, des bougies, un savon, des masques pour le visage, une crème parfumée, des sels pour le bain, et tout une gamme de soins pour la peau.


-         Ça te plaît ? S’enquit Daisuke, un peu hésitant, Comme tu as toujours aimé les bains, nous avons immédiatement pensé à ce genre de cadeau…

-         C’est parfait, souffla-t-elle en contemplant le contenu de son coffret, C’est un super cadeau. Vraiment. Merci à tous...


La jeune lycéenne avait envie de pleurer.

Elle avait de plus en plus de mal à contenir son émotion.

Elle tripota nerveusement le coin de sa boite en évitant de les regarder directement.


-         Et merci pour cette fête surprise… murmura-t-elle, D’habitude, je vois ça à la télé. J’ai toujours rêvé d’avoir un jour des amis qui s’embêteraient à organiser ça pour moi, alors vraiment, merci. Du fond du cœur…


Sa voix avait flanché à la fin de sa phrase. Sa lèvre tremblait de plus en plus. Elle la mordilla en essayant de canaliser sa respiration pour reprendre le contrôle de ses émotions.

Depuis quand était-elle devenu si émotive ? Etait ce les hormones ?

Si elle ne se retenait pas, elle serait déjà en train de sangloter comme une enfant.


-         Remercie Kyosuke, fit Ryouta, rieur en secouant l’épaule du géant, c’était son idée, après tout...


Megumi releva les yeux vers Kyosuke et ils s’échangèrent un sourire doux et attendri pendant un instant.

Manifestement, il n'avait pas tant abusé de l’alcool que cela.


- Il n’y avait pas de raisons que Maya ait une fête et pas ma précieuse petite sœur, dit-il rieur, La prochaine fois, on s’y prendra à l’avance et on te fera un truc vraiment grandiose. Tu verras. Hic.

- C’est Mayu, andouille, le corrigea Kenji avec lassitude.


Megumi pouffa de rire en les couvant d’un air attendri.


Ma précieuse petite sœur.

Elle aimait tant l’entendre l’appeler ainsi. Elle qui était fille unique et qui n’avait jamais vraiment connu de vie de famille.


-         Merci. Vraiment...Vraiment, je…


Un sanglot l’interrompit et elle leva la main vers sa bouche en se maudissant de ne pas réussir à s’exprimer normalement.

Elle avait pourtant tant de choses à leur dire.


« Mon Dieu, je vous aime. »


« Si vous saviez combien je vous aime »


« Vous êtes ma famille. Mes piliers… »


« Sans vous, je me serais écroulé depuis tellement longtemps »


-         Pardon, je... dit-elle tandis que les larmes continuaient de couler à flots sur ses joues, je ne sais pas quoi dire…

-         Eh bien, ne dis rien, fit Daisuke avec un sourire bienveillant en posant une main caressante sur son crâne. Ce que tu n’arrives pas à dire, nous le savons déjà, de toute façon…


Megumi leva un regard larmoyant vers Daisuke, le cœur serré, et répondit doucement à son sourire.

Ces derniers temps, il n’avait pas toujours été d’accord avec elle, mais la jeune femme était soulagée de constater que cela ne changeait rien à leur relation.

Il la regardait avec la même tendresse, comme les autres d’ailleurs.

Elle baissa le visage, la lèvre inférieure coincée entre ses dents, tandis que ses épaules tremblaient encore d’émotion.


-         Je vous aime, souffla-t-elle, d’une voix à peine audible, je vous aime tellement…


Sora posa une main caressante sur son dos tandis que les doigts de Daisuke lui pressaient tendrement le crâne.


-         Nous t’aimons bien plus encore, tête brûlée…

-         Et moi, je t’aime encore un tout petit peu plus, ma vie, ajouta Sora rieuse, en appuyant affectueusement sa joue contre la sienne.




A suivre...
























50 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout